Recherche exacte
Accueil > Notice complète
10 / 72

Portrait - Musique - Hadra des femmes de Chefchaouen

https://altair.imarabe.org//notice.php?q=id:340 entry 2015 Située sur les premiers contreforts du Rif, la ville de Chefchaouen est le centre d'une riche tradition musicale, dont l'expression majeure est la hadra (littéralement : présence). Pratiquée au sein des confréries soufies, la hadra comporte invocations, louanges et prières chantées, devant conduire l'adepte à un état d'extase (wajd), voie royale vers une communion avec la « présence » divine. Cet art se manifeste à l'occasion des moussem et autres festivités, tel que le Mouloud (anniversaire de la naissance du Prophète).Remontant au XVIe siècle, la hadra de Chefchaouen est l'apanage de l'Ordre prestigieux des Bekkaliya. Sous la direction du maître Sidi Ali Hadj Bekkali, notamment, cette confrérie a légué tout un répertoire de chants populaires et mystiques (le samâ), composés par des maîtres de la tradition classique arabo-andalouse.<br /> 6 mars 2015<br /> Institut du monde arabe - Paris femmes femmes marocaines hadra musique musique soufie musique traditionnelle Rif marocain, Chefchaouen Ahmed MOUHIBE Français RAZUNA
2015
Type de document :
Vidéos
Genre du document :
Portraits d'artistes
Version originale (en langue) :
Français  
Durée :
00:13:41  
Année :
2015
Contenu :
Située sur les premiers contreforts du Rif, la ville de Chefchaouen est le centre d'une riche tradition musicale, dont l'expression majeure est la hadra (littéralement : présence). Pratiquée au sein des confréries soufies, la hadra comporte invocations, louanges et prières chantées, devant conduire l'adepte à un état d'extase (wajd), voie royale vers une communion avec la « présence » divine. Cet art se manifeste à l'occasion des moussem et autres festivités, tel que le Mouloud (anniversaire de la naissance du Prophète).Remontant au XVIe siècle, la hadra de Chefchaouen est l'apanage de l'Ordre prestigieux des Bekkaliya. Sous la direction du maître Sidi Ali Hadj Bekkali, notamment, cette confrérie a légué tout un répertoire de chants populaires et mystiques (le samâ), composés par des maîtres de la tradition classique arabo-andalouse.<br /> 6 mars 2015<br /> Institut du monde arabe - Paris
Intervenants :
Ahmed MOUHIBE  
Mots-clés :
femmes  
femmes marocaines  
hadra  
musique  
musique soufie  
musique traditionnelle  
Rif marocain, Chefchaouen  
Copyright :
©IMA